dans

Les données personnelles de 29 000 employés de Facebook ont été volées …. à partir d’une place de parking

Facebook risque une amende record de 35 milliards de dollars pour cette histoire.

Après Google, Facebook est dans la ligne de mire de l’Union européennes.

Les données personnelles et financières de 29 000 employés de Facebook ont été volées, selon un article de Bloomberg publié le 13 décembre 2019.

L’incident n’était pas dû à une cyber-attaque mais à un vol beaucoup plus traditionnel.

La voiture d’un employé du département comptabilité de la firme américaine a été dévalisé, située dans une place de parking, et dont le coffre contenait des disques durs externes non cryptés.

L’infraction remonte au 17 novembre 2019, Facebook a pris conscience du manque de l’équipement trois jours plus tard et les employés n’ont été informés que le 13 décembre. 

Informations personnelles et financières 

Selon les premiers éléments de l’enquête, les disques durs contenaient des informations personnelles et financières de 29 000 employés du réseau social : nom et prénom, numéro de compte bancaire, montant des rémunérations et des primes et numéros d’assurance sociale.

L’entreprise conseille aux employés concernés d’avertir leurs banques respectives afin qu’elles bloquent les services auxquels le voleur pourrait éventuellement accéder.

Elle leur propose également un service qui détecte les vols d’identité sur Internet pendant une période de deux ans.

En outre, le géant de la technologie a expliqué que l’employé concerné n’avait absolument pas le droit de sortir ce matériel informatique de l’entreprise et assure que « des mesures disciplinaires appropriées » seront prises. 

Toujours aucune trace des disques durs 

L’enquête est en cours et Facebook espère mettre rapidement la main sur ces précieux disques durs.

Pour l’instant, la police n’a toujours aucune idée de l’identité du voleur et de l’emplacement des objets.

Cet incident intervient quelques mois après une autre affaire qui a touché, cette fois, les utilisateurs.

Début septembre 2019, Sanyam Jain, chercheur en sécurité et membre de la Fondation GDI, a mis la main sur une base de données en libre accès contenant les numéros de téléphone des utilisateurs de Facebook.

Cet affichage totalement illégal exposait les utilisateurs à des appels non sollicités ou même à des transferts de cartes SIM.

Au total, 419 millions de numéros de téléphone ont été trouvés sur un serveur complètement non protégé par un mot de passe.

Ces informations étaient réparties dans plusieurs bases de données, dont 133 millions aux États-Unis, 50 millions au Vietnam et 18 millions au Royaume-Uni.

L’entreprise a alors complètement sous-estimé l’incident.

Crédit photo

 

Pornhub : victime d’une série d’attaques cybercriminels

BrandMentions : Test & Avis : LE meilleur outil de brand monitoring & réputation ?